Célébrer les Sabbats & Esbats.

Il y a différentes façons de célébrer les sabbats et les esbats, chacun peut même développer une « technique » personnelle. Quelques sorciers se sont amusés à répertorier les différentes incantation recommandées pour célébrer la Dame Blanche et le Seigneur Cornu lors des Sabbats. Les litanies que je vais évoquer ne sont en aucun cas des sortilèges ou quelconques envoûtement, ce sont plus des sortes de prières qui ont pour but de remercier le Dieu Cornu et la Dame blanche. Ces litanies proviennent d’un livre de magie appelé  » Livre des ombres » de Gérald Gardner.Aussi, pour célébrer les sabbats et esbats, on peut être seul, ou, pour ceux qui font parti d’un coven, se rassembler pour réciter ces litanies en groupe et ainsi augmenter l’effet de ces incantations.

Samhain:

Redoutable Seigneur des ombres,
Dieu de Vie et Donneur de Vie,
Dont la connaissance est connaissance de la mort,
Ouvre grand, je t’en prie,
Le portail que tous doivent franchir.
Que les chers disparus
Reviennent en cette nuit
Pour se rejouir à nos côtés.
Ô toi, le Consolateur,
Le Lénifiant et le Pacificateur,
Quand le temps viendra,
Et il viendra,
Nous entrerons en ton Royaume sans pleur et sans peur,
Car nous savons que reposés et revigorés avec les nôtres
Nous renaîtrons encore
Par ta grâce, et celle de la Grande Mère.
Fait que ce soit au même lieu
Et à la même époque que nos êtres chers
Afin que nous nous rencontrions,
Sachions et nous rappellions,
Et que nous aimions de nouveau.
Descend, nous t’en prions, sur ton prêtre et serviteur.
Voyez, l’Ouest est Amenti,
le Royaume de la Mort,
où plusieurs de nos êtres chers sont allé se reposer et se régénérer.
En cette nuit nous communions avec eux,
et alors que notre Demoiselle les accueille au portail occidental,
je vous invite,
frères et soeurs dans l’Art,
à invoquer l’image des bien-aimés en vos cœurs et esprits.
Ainsi notre accueil saura-t-il les rejoindre.
Ce mystère cache un autre mystère.
Car le lieu de repos entre les vies est aussi Ker-Arianrod,
le Château de la Roue Argentée,
suspendu au dais des étoiles qui tournent au-delà du vent nordique.
Là règne Arianrod, la Dame Blanche, dont le nom signifie:
« roue argentée ».
C’est vers ce but que nous invitons nos êtres chers.
Que la Demoiselle les guide en se dirigeant de façon sinistrogyre vers le centre.
En effet, la spirale de Ker-Arianrod conduit vers la nuit et le repos,
et poursuit une voie inverse à la route du soleil.
Ceux qui t’accompagnent sont bienvenus à notre festival.
Qu’ils nous côtoient dans la paix.
Et toi, Demoiselle, reviens sur le sentier spiralé afin de rejoindre tes frères et soeurs.
Procède de façon dextrogyre,
vers l’extérieur de Ker-Arianrod,
car la route solaire est la voie de la renaissance.

Yule:

Que les hommes tirent à la courte -paille.
Tu es le Roi-Houx, Dieu de l’année décroissante.
Demoiselle, apporte sa couronne!
Tu es le Roi-Chêne, Dieu de l’année croissante.
Demoiselle, apporte sa couronne!

– Mon frère et moi avons été couronnés et sommes prêt à rivaliser.
Mais où est le Notre-Seigneur le Soleil?
– Notre-Seigneur le Soleil est mort!

Reviens, oh reviens!
Dieu-Soleil, Dieu de Lumière,
Reviens!
Tes ennemis se sont enfuis,
Tu n’as plus d’ennemis.
Ô adorable protecteur,
Reviens, reviens!
Reviens auprès de ta sœur,
De ton épouse qui t’aime.
Ne t’écartes -pas de nous.
Ô mon frère, mon compagnon,
Reviens, reviens!
Quand tu te caches
Mes yeux te cherchent
Mes pieds battent la terre pour te trouver!
Les Dieux et les hommes
Prient ensemble pour toi
Dieu-Soleil, Dieu de Lumière,
Reviens!
Reviens auprès de ta sœur,
De ton épouse qui t’aime.
Reviens! Reviens! Reviens!

Reine de la Lune, Reine du Soleil
Reine des Cieux, Reine des Etoiles
Reine des Eaux, Reine de la Terre
Donne-nous l’Enfant promis!

C’est la GrandeMère qui Lui donne naissance
C’est le Seigneur de la Vie qui renaît
Pleurs et ténèbres seront dissipés à l’aube,
Lorsqu’il se lèvera.

Soleil doré des collines et montagnes
Illumine la terre, illumine le monde
Illumine les mers, illumine les rivières
Que les peines disparaissent,
Joie sur le monde!
Bénie soit la Grande Déesse
Sans commencement ni fin
Immortelle et éternelle
Io Évo Hé! Bénie soit-elle!
Io Évo Hé! Bénie soit-elle!
Io Évo Hé! Bénie soit-elle!

Alors que le Dieu Soleil est au nadir de sa puissance et de sa majesté,
l’année descendante est révolue, et le règne du Roi-Houx prend fin.
Le Soleil renaît et l’année croissante commence.
Le Roi-Chêne doit sacrifier son frère et régner sur la terre jusqu’au zénith de l’été,
lorsque son frère renaîtra.

L’esprit du Roi-Houx nous a quitté,
et repose à Ker-Arianrod, le Château de la Roue Argentée.
Il y demeurera jusqu’au jour où la rotation de l’année ramènera la saison de son règne.
Puisque l’esprit nous a quitté,
que celui d’entre-nous qui l’a représenté soit libéré de sa tâche.

Imbolc:

Redoutable Seigneur de la Mort et la Résurrection,
Maître de la Vie et Donneur de vie,
Seigneur à l’intérieur de nous-même,
Dont le nom est Mystère des mystères,
Conforte nos coeurs.
Que ta Lumière se cristallise en notre sang,
Assurant notre résurrection.
Car il n’est partie de nous qui ne soit divine
Descend, nous t’en prions, sur ton prêtre et serviteur.
Bénis sois-tu.

Voyez la Déesse triforme,
Celle qui est toujours Triple – Demoiselle, Mère et Matrone,
Quoique toujours Une.
Car sans printemps, point d’été;
Sans été, point d’hiver;
Sans hiver, point de nouveau printemps.

Ainsi nous bannissons l’hiver;
Ainsi nous accueillons le printemps,
Disons adieu à la mort,
Et saluons les vivants.
Ainsi nous bannissons l’hiver;
Ainsi nous accueillons le printemps

Ostara

Nous allumons aujourd’hui ce feu En présence des Dieux
Sans malice, sans jalousie, sans envie Sans craindre rien sous le Soleil
Hormis les Dieux Très-Hauts.
Nous t’invoquons, ô Lumière de vie.
Sois pour nous une brillante flamme
Sois une étoile scintillant sur nos têtes
Sois un clair sentier sous nos pas.
Embrase-toi en nos coeurs
Flamme d’amour pour le prochain,
Pour nos adversaires, nos amis, nos parents,
Pour tous les hommes sur la vaste terre,
Du plus petit vivant Jusqu’au Nom le plus Haut,
Ô gracieux fils de Korridwann,
Ô Soleil, armes-toi pour conquérir les Ténèbres!

Beltaine
– Le Feu de Bel est éteint, et le Roi-Chêne est mort.
Il a embrassé la Grande Mère et il a succombé à son amour.
Il en est ainsi d’année en année depuis le commencement des temps.
Comme meurt le Dieu de l’année montante, tout meurt avec lui.
Les champs sont déserts, les arbres fruitiers sont dépouillés, et la Grande Mère est stérile.
Que ferons nous pour que le Roi-Chêne revienne?
– Rallumons le feu de Bel!
– Ainsi soit fait. Que chacun prenne une chandelle et s’alimente au feu de Bel.
Reviens-nous, Roi-Chêne, afin que la terre retrouve sa fertilité.

Je suis le cerf aux andouillers septuples
Je suis la crue des rivières sur la plaine
Je suis le vent qui réchauffe l’eau profonde
Je suis les larmes brillantes du soleil
Je suis le faucon sur la falaise
Je suis la blancheur du muguet
Je suis le Dieu qui enflamme les esprits

N’en parle pas au prêtre de notre Art
Qui y verrait quelque péché
Mais nous irons dans la forêt nuitamment
Et nous appelerons l’été!
Et nos bouches ramèneront une bonne nouvelle
Pour les femmes, les troupeaux et les céréales
Aujourd’hui le Soleil surgit du midi
Accompagné du Chêne, du Frêne, de l’Aubépine!

Gardien de cette demeure,
veille sur elle dans l’année qui vient,
jusqu’à ce que le feu de Bel s’éteigne et se rallume de nouveau.
Béni cette maison et soit béni par elle.
Que tout ceux qui vivent ici et tous leurs invités prospèrent sous ce toit.
Ainsi soit fait!

Litha:

Que les hommes tirent à la courte -paille.
Tu es le Roi-Chêne, Dieu de l’année croissante.
Demoiselle, apporte sa couronne!
Tu es le Roi-Houx, Dieu de l’année décroissante.
Demoiselle, apporte sa couronne!

Alors que le Dieu Soleil est au zénith de sa puissance et de sa majesté,
l’année croissante est révolue, et le règne du Roi-Chêne prend fin.
Alors que le Dieu Soleil est au zénith de sa splendeur,
le Roi-Houx doit sacrifier son frère et régner sur la terre jusqu’au nadir de l’hiver,
lorsque son frère renaîtra.

Dansez, ô ma Dame, sur la tomb’ du Roi-Chêne,
Pour la moitié de l’an, il dort en vous sans peines.
Dansez, ô ma Dame , comme naît le Roi-Houx,
Il a tué son jumeau pour nous sauver du joug.
Dansez, ô ma Dame , à la gloir’ du Soleil,
Ses rayons donne aux champs, des fleurs couleur de miel.
Dansez, ô ma Dame , avec votre athamé,
Appelez le soleil, qu’il bénisse vos prés.
Dansez, ô ma Dame , en rond la Roue d’argent,
Car le Roi-Chêne dort, il guérit lentement.
Dansez, ô ma Dame, au règne du Roi-Houx,
Car son frère bientôt, reviendra parmis-nous.
Dansez, ô ma Dame , sous la lune vermeille,
Par votre triple nom si doux à nos oreilles.
Dansez, ô ma Dame , sur la terre qui s’élance,
Car la naissance est mort, et la mort est naissance.
Dansez, ô ma Dame, au zénith du soleil
Car malgré sa splendeur, il meurt, il s’ensommeille.
Dansez, ô ma Dame, aux cycles de l’années
À ses fluctuations, vous devez vous plier.
Dansez, ô ma Dame!
Dansez, ô ma Dame!
Dansez, ô ma Dame!

L’esprit du Roi-Chêne nous a quitté, et repose à Cair-Arianrod,
le Château de la Roue Argentée.
Il y demeurera jusqu’au jour où la rotation de l’année ramènera la saison de son règne.
Puisque l’esprit nous a quitté,
que celui d’entre-nous qui l’a représenté soit libéré de sa tâche.
Que les feux de la Saint-Jean brillent à nouveau!
Puissance des Cieux,
Pouvoir du Soleil, nous t’invoquons sous tes Noms anciens :
Belenos, Arthur, Lugh.
Reviens en ton domaine comme autrefois.
Soulève ta brillante javeline et protège-nous.
Dissipe les forces des ténèbres.
Donne-nous des forêts luxuriantes, des champs verdoyants,
des vergers en fleurs et des blés mûrs.
Conduis-nous sur ta colline d’observation et montre-nous la voie vers le doux royaume des Dieux.

De la javeline au chaudron, de la lance au Graal,
de l’esprit à la chair, de l’homme à la femme, du Soleil à la Lune.
Le Soleil, Seigneur de la Vie,
se lève avec force dans le signe de l’eau de Vie.
Ainsi, danse devant le Chaudron de Korridwann,
la Déesse, et sois béni au contact de cette eau consacrée.

Lughnassad

Notre puissance Mère à tous, ô toi, source de toute fécondité,
donne nous des fruits, des grains, des troupeaux et une progéniture afin de nous fortifier.
Par la rose de ton amour, veuille descendre sur ta prêtresse et servante.

Formez un cercle, ô enfants de la récolte!

– Voyez, le Roi-Houx est mort, Lui qui est aussi le Roi-Maïs.
Il a embrassé la Grande Mère et il a succombé à son amour.
Il en est ainsi d’année en année depuis le commencement des temps.
Comme meurt le Dieu de l’année descendante,
tout meurt avec lui, et ce qui sommeille au sein de la terre pourrait dormir à jamais.
Que ferons-nous pour que le Roi-Houx revienne?
– Donnez-nous le pain de vie à manger,
et la renaissance succèdera au sommeil.
– Ainsi soit fait!

Reviens-nous, Roi-Houx, afin que la terre soit fertile à nouveau.
Je suis la javeline qui conduit la bataille
Je suis le saumon dans le bassin
Je suis la colline de poésie
Je suis le sanglier impitoyable
Je suis le fracas effrayant de la mer
Je suis une vague de l’océan
Mais qui, sauf moi, connaît le secret du dolmen brut?

Mabon:
Adieu, ô Soleil,
Lumière perpétuelle
Dieu qui désormais se cache.
Il quitte maintenant le Royaume Elyséen
Et traverse le seuil de la mort
Pour siéger sur le trône,
Juge des Dieux et des hommes,
Chef cornu des esprits aériens.
Et maintenant qu’il se tient invisible sans le Cercle,
Il réside dans la secrète semence,
La semence du blé frais et mûr,
La semence de chair,
Dissimulée dans la terre,
Merveilleuse semence d’étoile.
La vie est en Lui,
Et la Vie est la Lumière de l’homme,
Ce qui n’est jamais né et ne meurt jamais.
Ainsi les sages ne pleurent point mais se rejouissent.

 

Dae.

Publicités

Sabbats et Esbats

(Célébration d’un esbat par trois sorcière, peut-être même un coven).

Comme je l’ai dit lors de la présentation de la wicca, les wiccans célèbrent leurs dieux et la nature lors de sabbats et esbats. Il y a 8 sabbats, 4 majeurs et 4 mineurs. Les esbats sont les nuits de pleine lune, on en compte normalement 13 par années.

La lune est le symbole de la Déesse et la pleine lune est le moment où celle-ci est dans sa plus grande puissance, ainsi les esbats sont principalement consacrés à glorifier la Déesse par des hymnes et des invocations qui conduisent parfois à des possessions de la grande prêtresse ou d’une participante par l’esprit d’une divinité féminine. Les esbats sont aussi les moments durant lesquels sont réalisés les rituels de passage que sont les cérémonies d’initiation, de baptême, de mariage et de commémoration mortuaire. C’est aussi durant ces esbats qu’ont lieu les travaux collectifs de wicca opérative. Certains rituels et sorts ne sont efficaces que s’ils sont fait, la veille, le lendemain ou le jour même d’un esbat.

Les sabbats correspondent à l’histoire des dieux,

Yule
Sabbat mineur du solstice d’hiver, aux environs du 21 décembre. C’est la fête hivernale qui célèbre la chaleur du foyer et la ténacité de la vie. On célèbre la renaissance de l’aspect clair du Dieu Cornu, le Roi du Chêne, mais il n’est qu’un enfant et son côté obscur, le Roi du Houx, continue de régner. Le sapin décoré, adopté par les chrétiens, est un symbole païen de respect envers les conifères, dont la verdure tenace en plein hiver symbolise la force de la vie. Le mot « Noël » signifie « Soleil nouveau », en l’honneur du Dieu Cornu qui vient de renaître.

Imbolc
Sabbat majeur de l’hiver, le 1er ou le 2 février, aussi appelé la Chandeleur. C’est une fête de la lumière, en l’honneur des jours qui s’allongent et de l’aspect clair du Dieu Cornu qui grandit et prend des forces. Tout matériel de rituel et de sorcellerie acheté, remis à neuf ou consacré en ce jour sera spécialement béni et efficace. C’est le moment idéal pour acheter de nouveau stocks de chandelles, ou mieux encore, pour en fabriquer soi-même !

Ostara
Sabbat mineur marquant l’équinoxe de printemps, aux alentours du 21 mars. C’est le moment où le jour l’emporte sur la nuit: le Roi du Houx cède le pouvoir au jeune Roi du Chêne, et les sorciers profitent de l’occasion pour faire des rituels de bénédiction, de purification, de protection et de fertilité. L’élément Feu est à l’honneur durant cette fête, et symbolise la lumière du printemps.

Beltane
Le second plus important de tous les sabbats, cette fête majeure du 1er mai symbolise le mariage du Dieu Cornu avec la Déesse. La Dame Blanche reçoit alors hommages et louanges, et les sortilèges de guérison, de fertilité et de protection ont une puissance supplémentaire en l’honneur de ses noces. Les feux allumés ce jour-là sont particulièrement bénis et chassent les forces du mal. Bien que cette fête célèbre la joie, l’amour et la sexualité, elle peut aussi être un moment de rites de passage: la lumière bénie des feux de Beltane est une provocation pour les esprits malveillants, qui surgissent à l’occasion pour mettre à l’épreuve la foi de certains sorciers, surtout les plus jeunes et inexpérimentés.

Litha
Sabbat mineur du solstice d’été, autour du 21 juin. À ce moment de l’année, le côté clair du Dieu Cornu, le Roi du Chêne, est tout puissant, et on fête l’épanouissement de la nature. Excellente occasion de célébrer en plein air, Litha est aussi le jour idéal pour transplanter et entretenir plantes et herbes magiques dans le jardin.

Lammas
Sabbat majeur du 1er août. Le Dieu de la lumière vieillit mais son règne porte fruit, et on célèbre les récoltes, les projets accomplis et les récompenses des efforts passés. C’est un moment idéal pour les sorts de prospérité. La cuisine est à l’honneur pour symboliser la générosité nourricière de la nature.

Mabon
Équinoxe d’automne, environ le 21 septembre. Ce sabbat mineur marque la fin du règne de la lumière. Le Roi du Chêne, maintenant vieux, cède le trône et lègue un héritage: les récoltes et la chaleur du foyer permettront de traverser l’hiver, car le règne du Roi du Houx recommence. C’est la fête du remerciement, l’Action de Grâce des sorciers, et donc le moment de l’année où les offrandes ont le plus d’impact. À Mabon, on commence à sentir une étrange et puissante magie dans l’air, car un très grand sabbat approche…

Samhain
Ce que les cowans appellent Halloween ou la veille de la Toussaint est en fait Samhain, le sabbat majeur du 31 octobre, le Nouvel An des sorciers. C’est le plus puissant et le plus sacré de tous les sabbats. Ce jour-là, le Dieu lumineux meurt et l’aspect sombre du Seigneur Cornu règne aux côtés de la Déesse, la maîtresse de la mort et des mystères. C’est alors que le voile entre notre monde et le monde des esprits est le plus mince, permettant aux défunts, aux démons, aux anges, aux guides spirituels et aux spectres de se manifester plus facilement parmi nous. Avec tous ces esprits qui circulent librement, on pourrait craindre que des attaques surviennent, mais heureusement les puissantes citrouilles décorées montent la garde et chassent les mauvais esprits: les bougies placées dans les citrouilles symbolisent le côté clair du Dieu, qui repose désormais en gestation dans le ventre de la Déesse, préparant sa renaissance… Jamais dans l’année la magie n’atteint une puissance telle que cette nuit-là, et certains sorciers qui sont prêts à recevoir de nouveaux pouvoirs les obtiennent des Dieux à cette occasion. Samhain est également le seul moment de l’année où il est permis de rompre la quatrième Loi de la Sorcellerie et de se révéler à certains cowans.

Dae.

Lois et règles Wiccanes

La wicca comme beaucoup d’autres croyances est soumises à des lois, des règles, qui ici sont au nombre de 3 et sont très simple à retenir.

La loi du triple retour:

Il y a la loi la plus importante de toute. Grossièrement, elle implique que lorsque l’on utilise la magie a usage bénéfique, ce « bonheur » nous reviendra en 3 fois plus fort sous n’importe quelle façon ( exemple, on peut être sauvé d’un terrible accident). contrairement si l’on use de la magie par malveillance, l’on sera « maudit » toujours triste, maussade etc. Le retour peut se faire le lendemain, le mois suivant ou plusieurs années après l’acte commis.

La loi de l’empreinte:

Selon cette loi, tout acte magique laisse une empreinte, c’est pourquoi il nous faut faire attention à l’endroit où nous nous tenons lorsque nous jetons un sort, ou pratiquons un rituel car un autre sorcier passant la pourrait sentir cette énergie positive ou négative et en être assaillie.

La S.V.O.G:

Qu’est ce que ce nom horrible? En réalité c’est juste un raccourci pour

savoir:  La connaissance est la plus grande arme d’un sorcier

Vouloir: La volonté reste le déclencheur le plus puissant d’un sort.

Oser: Celui qui n’a pas le courage d’essayer ne parviendra à rien.

Garder: Garder le secret est la plus grande protection d’un sorcier & il faut savoir choisir a qui confier ce secret qu’est la magie.

& pour finir, le dernier conseil, la base de la religion wiccane dit :

« An’ y harm none, do what ye wilt », Si ca ne fait de mal à personne, fait ce que tu veux.

Dae.

La Wicca

(Triquetra, symbole représentant le lien entre la mère, la fille & la petite-fille mais également la force du pouvoir de 3 par 3 . )

La wicca est une religion néo-païenne, elle est considérée comme la religion des sorciers et sorcières même si toutes les personnes étant sorcières ne sont pas forcément wiccanes, les wiccans sont généralement sorciers. La wicca a pour base le polythéïsme, le Dieu unique et seul n’existe pas, pour les wiccans, chaque Dieu de chaque religion est égale et les wiccans représentent ces Dieux en deux Dieux unis, la Dame Blanche et le seigneur Cornu qui symbolisent la sagesse, la pureté,la magie, la nuit, la fertilité & la protection maternelle autant que la force, la puissance, le feu, l’air, les récoltes, l’épée, l’athamé, mais également car pour les wiccans, le monde tourne autour d’une polarité. En plus d’être polythéïstes, les wiccans sont animistes, ils pensent que la nature est remplie d’esprits, une flamme, un cours d’eau, les plantes etc.. Ils vénèrent donc la nature, ses esprits et leurs Dieux régulièrement lors de Sabbats et d’Esbats que j’aborderait prochainement.Les wiccans sont des personnes Honnêtes, Franches, Loyales, qui préconisent la connaissance et le respect, il est important pour un sorcier de savoirs beaucoup de choses, c’est pourquoi la curiosité peut être un atout, car il leur faut prendre conscience des rituels qu’ils font, de leurs risquent et de tout ce qu’il y a a savoir avant de se lancer dans ce rituel. Beaucoup de sorciers se tournent vers la wicca car ayant une vision du monde différente, il leurs faut une religion correspondante.

Le terme wicca a été créé par Gérald Brousseau Gardner au XXe siècle, qui affirmait qu’il voulait dire «sorcellerie » en vieil anglais. En réalité, sorcellerie en anglais ancien se dit wiccacraeft (d’où le terme actuel witchcraft et wicca est le masculin de sorcier (le féminin étant wicce et le pluriel wiccan). Ces mots dérivent du verbe wiccian qui signifie ensorceler, pratiquer la magie.

Pour Gardner, wicca avait à l’origine le sens d’« art des sages ». Sa thèse fut soutenue par l’ethnologue Margaret Murray qui écrivit le chapitre sur la sorcellerie dans l’édition de 1957 de l’Encyclopaedia Britannica, où elle précise : « La signification du terme sorcière (witch) est liée à celle du mot savoir (wit) ». Elle peut être renforcée par l’analyse du mot wizard (étymologiquement « celui qui sait »), qui signifie lui aussi le sorcier et qui tire son origine du bas anglais wys/wis qui veut dire « sage », à rapprocher de « wise », qui veut dire « sage », de la même racine que le mot allemand, « wissen » signifiant « savoir ».

Elle se résume à ce seul conseil, mention finale du credo wiccan :

  • Fais ce qu’il te plaît tant que cela ne nuit à personne. (« An’ye Harm None Do what Ye Wilt » en anglais archaïsant : « Si nul n’est lésé, fais ce qu’il te plaît »

Comme je l’ai dit précédemment, tous les sorciers ne sont pas wiccan. Cependant, il est un moment dans la vie d’un jeune sorcier où il a besoin de s’identifier à une religion, de croire à quelque chose, ce qui est normal et compréhensible pour avoir un minimum de repères. Donc, les sorciers finissent forcement par s’intéresser à la wicca, certains après qu’ils aient acquis assez d’experience pour se tourner vers la religion et ne plus se précoccuper de s’entraîner ou progresser, d’autres parce que (comme moi) ont appris seuls, et se sont forgés eux même ont besoin d’un certains soutient. Ils peuvent donc s’identifier comme wiccan dès lors qu’ils ressentent les entités, les énergies présentent autour d’eux et qu’ils sont près à vénérer les Dieux à chaque Sabbat et Esbat. On apprend pas à être wiccan, on le devient, on le ressent, on l’est. Lorsqu’en passant devant un court d’eau vous ressentez l’esprit des ondines, ou a côté d’un feu, ceux des salamandres,leurs bienfaits, ou bien si vous ressentez le besoin de partagez vos connaissances et d’être en lien avec les Dieux, alors, vous êtes wiccans .

Bien sur il existent des formules très variés pour officialiser votre appartenance à la wicca. Ils en existent tellement qu’aucune n’est officielle. Vous pouvez en trouver sur internet ou bien préparer vous même votre formule, j’expliquerai dans un prochain article comment façonner ses propres formules ( si vous êtes pressés ou impatient et que l’article n’est pas encore paru, demandez moi directement de vous expliquer.) Il vous suffit de choisir deux Dieux dans n’importe quelle religion dont vous vous sentez proche & leur demander d’être vos Dieux gardiens. Pour bien les choisir, il faut se sentir proche  de ces Dieux, exemple parce qu’ils vous sont semblable ou parce que vous aimeriez leur ressembler. Ces Dieux seront à l’image du Seigneur Cornu & de la Dame Blanche, alors choisissez les biens et vénérez les autant que vous vénèreriez la Dame blanche & le Dieux Cornu.

Dae.

la chasse aux sorcières.

A partir du XIIe siècle, en Europe, l’église lança une chasse aux pratiques magiques en tout genre. Cette campagne et ses persécutions essentiellement tournées vers les femmes dureront jusqu’à la fin du XVIIIe siècle où furent recensée plus de 100 000 procès et pas moins de 50 000 exécutions au total.

Vers l’an 1326, le pape Jean XXII rédige la Super Illius Specula qui définie toute forme de magie comme hérésie.

Ceux qui défendent les sorciers et sorcières lors des procès sont appelés « avocats du Diable ». En Allemagne, un superintendant déclarait  » Les autorités ne doivent pas permettre aux avocats de s’occuper des affaires de sorcières et de leurs sauver la vie pour provoquer encore plus de dommages et de maux ».

La société engagea cette chasse aux sorcières car elle reprochait aux sorciers et sorcières de posséder des savoirs ancestraux de guérison, d’utiliser la sorcellerie pour leur procurer une émancipation féminine car les femmes commençaient à devenir indépendantes, et, selon la société les sorcières étaient en relation direct avec le diable.

Au XVIIe siècle, les procès en sorcellerie s’épuisent, mais le phénomène se transforme, et des cas de possession se font de plus courant.

Ensuite, je vais parler d’un autre sujet plus souvent évoqué dans les films ou les romans et souvent très différent de la réalité, je parle du :

Procès des sorcières de Salem

Le procès des sorcières de Salem entraîna la condamnation & l’exécution de personnes accusées de sorcellerie en 1692 dans le Massachussetts. Ce procès s’est soldé par l’exécution de 25 personnes environ et de l’emprisonnement d’un bien plus grand nombre.

En 1692 à Salem Village ( aujourd’hui Danvers) quelques filles dont Abigail Williams, Ann Putnam & Betty Parris accusent certains de leurs concitoyens de les avoir ensorcelés. En effet, depuis plusieurs jours, les filles agissent de façon étrange, parlent une langue inconnue, se cachent, traînent les pieds en marchant. Les médecins ne convenant pas à un diagnostic concret, l’un deux conclut a un cas de possession.

Les 3 femmes ayant été accusées furent jetée en prison. Malheureusement, avec le temps, les prisons se remplissent d’accusés de sorcelleries, mais, un problème se pose, sans forme légitime de gouvernement, les accusés ne peuvent être jugé. Environ 80 personnes attendent leur jugement lorsque le gouverneur William Phips instaure une Court of Oyer and Terminer permettant de commencer les procès.

Suite aux premiers jugements, une seule accusée fut relachée. Tous les procès se terminent par des condamnations a mort. Seuls ceux qui plaident coupable ou dénoncent d’autres suspects évitent la peine de mort. 6 des 19 personnes exécutées sont des hommes, le reste ne sont que de vieilles femmes.

Durant tout ces procès, la Terre souffre autant que les hommes, les bêtes ne sont plus soignées, les récoltes sont abandonnées et les gens fuient vers New York ou d’autres destinations.

Le seul point commun de ces deux évènements sont les méthodes employées par les autoritées pour faire avouer les accusés ou, leurs faire dénoncer d’autres sorciers, cette méthode est la torture.

Je préviens de suite, je vais vous faire part des tortures subies par des femmes, des hommes agés ou non, il y a plus de 400 ans de cela, ces faits sont réels et pour vous faire part de ces technique, je me dois de vous faire lire une lettre écrite par un témoin et une autre par une victime avant sa condamnation définitive. Pour les plus sensibles et les plus jeunes d’entre vous, ne lisez pas ce qui suit, abstenez vous.

La torture:

Wilhlelm  Pressel, 1629:

« Le bourreau lui lie les mains, lui coupe les cheveux et la place sur l’échelle. Il lui jette de l’alcool sur la tête et y met le feu pour brûler la chevelure jusqu’aux racines. Il lui place des morceaux de soufre sous les bras et autour du cou, et les enflamme. Il lui lie les mains derrière le dos et l’élève jusqu’au plafond. Là, il la laisse suspendue pendant trois ou quatre heures jusqu’au petit déjeuner. A son retour, il lui asperge le dos d’alcool et y met le feu. Il lui attache de très lourds poids au corps et l’élève à nouveau. Après cela, il lui place le dos contre une planche hérissée de pointes acérées et la remonte une fois de plus jusqu’au plafond. Il lui comprime alors les pouces et les gros orteils dans les vis et lui frappe les bras avec un bâton. Il la laisse ainsi suspendue pendant un quart d’heure jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse. Puis il lui presse les mollets et les jambes à la vis. Il la fouette ensuite avec un fouet conditionné pour la faire saigner. A nouveau, il lui place pouce et gros orteils dans les vis, de six à treize heures, pendant qu’il va manger un peu avec les officiels de la cour. Le lendemain, ils reprirent mais sans pousser les choses aussi loin que le jour précédent … »

William Lithgow:

Je fus mis tout nu et porté sur le chevalet (il s’agissait d’un chevalet vertical posé contre le mur) où l’on me suspendit avec deux petites cordes. Etant hissé à la hauteur voulue, mon bourreau tira mes jambes de chaque côté du chevalet, attacha une corde sur chacune de mes chevilles et tira les cordes ensuite vers le haut, obligeant mes genoux à toucher les deux planches jusqu’à ce qu’éclatent mes jarrets. Je fus ainsi pendu pendant plus d’une heure. Ensuite mon bourreau plaçant mon bras droit au dessus du gauche enroula sept fois de suite une corde autour des deux bras et se tenant sur le dos raidissant ses pieds contre mon ventre, tira de telle sorte les cordes qu’il me coupa les tendons des bras et mis mes os à nu si bien que je fus estropié pour le reste de mes jours.

Alors mes yeux commencèrent à sortir, ma bouche se mit à mousser et à écumer, et mes dents à remuer comme des baguettes de tambours. Mais en dépit de mes lèvres tremblantes, de mes soupirs, du sang jaillissant de mes bras, de mes tendons brisés, de mes jarrets et de mes genoux, ils continuèrent à frapper ma figure avec des gourdins pour arrêter mes cris de terreur. Ils me disaient sans cesse : Avoue, avoue, avoue à temps pour éviter d’horribles tourments Mais je ne pouvais que répondre: Je suis innocent, O Jésus ayez pitié de moi !

Alors mon corps tremblant fut porté sur un chevalet plat, ma tête pendante placée dans un trou circulaire, mon ventre en l’air, mes bras et pieds ligotés, car je devais endurer mes pires supplices. Ensuite des cordes furent passées sur le gras de mes jambes, le milieu de mes cuisses et de mes bras, et ces cordes furent attachées à mes chevilles. Je souffris sept tortures, chaque torture consistant en une torsion complète des chevilles. Alors le bourreau prit un pot plein d’eau dont le fond troué légèrement fut placé près de ma bouche.

Au début, je l’acceptai avec joie, car je souffrais d’une soif écorchante et n’avais rien bu depuis trois jours. Mais lorsque je vis qu’il essayait de me forcer à boire, je fermai les lèvres. Ensuite on m’écarta les dents avec une paire de pinces en fer. Bientôt mon ventre commença à grogner terriblement à la manière d’un tambour, je ressentis une peine suffocante avec ma tête penchée vers le sol, l’eau regorgeant dans ma gorge, étranglant et arrêtant ma respiration.

Je demeurai six heures sur ce chevalet et entre chaque application de la torture, on me questionnait pendant une demi heure, chaque demi heure me paraissant un enfer. Vers dix ce soir là, ils m’avaient infligé soixante tortures diverses et continuèrent encore une demi heure bien que mon corps fut couvert de sang, que je fusse percé de part en part, que mes os fussent broyés ou meurtris et en dépit de mes hurlements, de mes lèvres et du grincement de mes dents. Aucun homme, je le jure, ne pourrait concevoir les peines que j’ai endurées ni l’anxiété de mon esprit.

Quand ils m’arrachèrent du chevalet l’eau jaillit de ma bouche. Ils mirent des fers sur mes jambes brisées et je fus reconduit dans mon donjon. Chaque jour on me menaçait de tortures nouvelles si je refusais d’avouer. Le gouverneur ordonna que toute la vermine de la cellule soit balayée et placée sur mon corps nu ce que me fit souffrir mille morts. Mais le guichetier venait me voir en secret, enlevait la vermine et la brûlait en tas avec de l’huile, sans cela elle m’aurait entièrement mangé et dévoré.

( séance de torture d’une prétendue sorcière.)

Dae.

Présentation

Bonjour, bienvenue à tous sur ce blog concernant la magie et la wicca, je suis un wiccan éclectique pratiquant la sorcellerie depuis 2006. Je suis empathe de naissance, c’est-à-dire que je ressens les émotions et envies des gens, j’ai certaines capacités médiumniques ( visions et rêves prémonitoires, capacité de sentir les entités et esprits etc) J’ai le don de retrocognition ( je peux connaitre le passé d’un objet chargé émotionnellement) .

Je pratiques diverses magies que j’expliquerais au fur et a mesure, la magie Draconique, la magie élémentale, la magie élémentaire, la Chaos Magick, magie Druidique et d’autres .

Je vous laisse commencer ce voyage à travers un autre monde, en naviguant à travers le menu situé sur votre gauche, en commençant bien évidemment par l’introduction.

Bon voyage .

Dae.